Yaay web category covers 9
Gynécologie
LE CYCLE MENSTRUEL
par ToubibADakar

Rubrique : Les experts

Il était une fois…le cycle menstruel

Le cycle menstruel, c’est la vie !

Le cycle menstruel débute le 1er jour des règles. Il se met en place alors un enchevêtrement très complexe d’actions hormonales que l’on va essayer de raconter comme un conte des milles et une nuit.

Tout débute dans le cerveau, qui donne l’ordre aux ovaires de mettre de « l’engrais » dans l’utérus. Cet engrais va préparer le champ dans lequel, s’il y a fécondation, l’œuf sera enfoui comme une graine. Ce champ c’est la muqueuse utérine ou endomètre.

Le cerveau va aussi demander à un des 2 ovaires de faire une élection de « Miss-ovule » et de choisir parmi les ovules, la plus jolie et la plus parfaite pour se « marier » avec le spermatozoïde.

En même temps, le cerveau ordonne aux seins de commencer à préparer les usines qui vont fabriquer le lait pour le futur bébé.

Le cerveau, véritable chef d’orchestre, va aussi demander aux organes génitaux externes de se préparer en vue de la nuit nuptiale de fécondation. Le cerveau va ainsi préparer tout le corps à une éventuelle future grossesse. Cette première partie de préparation du corps est de durée variable : 11 à 21 jours selon les femmes.

Lorsque la Miss a été choisie, le jour où elle reçoit sa couronne correspond au jour de l’ovulation ! Elle quitte alors l’ovaire et va attendre son esclave-spermatozoïde dans une clairière appelée l’ampoule situé dans la trompe.

La Miss va attendre là-bas son prince qui lui, entre temps peut-être aura chevauché de la terre à la lune pour la chercher. Si l’esclave-spermatozoïde n’arrive pas dans les 48h après l’élection-ovulation, la Miss va….mourir.

Pendant ce temps, s’il y a eu rapport sexuel, le corps facilitera la progression de l’esclave spermatozoïde.

Si on est en période féconde, on lui ouvrira le col de l’utérus et on filtrera, grâce à la glaire cervicale, les plus valeureux, tout en retenant les handicapés, estropiés et autres invalides car, en réalité ils sont des millions de spermatozoïdes à tenter l’aventure mais, un seul d’entre eux vaincra, genre HIGHLANDER quoi ! MDR

En période non féconde, la glaire sera cassante, infranchissable, acide et mortelle pour les spermato-esclaves, en plus le col sera fermé et s’ils parviennent quand même à passer, leurs réserves s’épuiseront avant l’arrivée de la miss, en retard !!

Il est impossible pour le corps de savoir à l’avance si l’esclave et la princesse se sont rencontrés dans la clairière. Surtout que, parfois, l’esclave, même s’il arrive au point de RV, n’arrive pas à convaincre la Miss de l’épouser et… ils meurent tous les deux !

(Vous n’êtes pas les seuls à avoir des problèmes les gars, imaginez-vous : se taper 6 millions de km pour voir votre dulcinée pour se voir recaler ? mou kong leuu quoi!!)

Plus sérieusement, le cerveau, au bout de 14 JOURS ( exactement, s’il ne reçoit pas un message de l’utérus, du champ donc, disant que la graine d’amour a été semée, donne l’ordre d’arrêter toutes les procédures et de raser le gazon qui va être jeté et cela correspond….aux règles oui !!! 

Les règles correspondent donc à l’échec de tout ce qui a été entreprit pour que, comme le disait notre Maître le Pr Afoutou, « l’empereur épouse l’esclave pour que naisse le Prince réformateur ! ».

Le jour où il n’y aura plus de Miss à préparer au mariage dans l’ovaire correspondra à la survenue de la ménopause.

Si par contre, le cerveau reçoit un signe comme quoi il ya eu mariage-fécondation, il donne alors l’ordre à la famille royale d’où est issue la Miss de continuer à subvenir aux besoins du jeune couple (qui ne fait plus qu’un…embryon) installé confortablement dans le champ utérus-endomètre.

Cette famille qui s’occupe du jeune couple en attendant leur autonomisation c’est le corps jaune. Lorsque le fœtus aura son propre placenta, véritable usine nourricière, le corps jaune cessera de fonctionner.

Cette histoire correspond, grossièrement, au cycle menstruel. C’est donc une préparation, chaque mois, à partir de la puberté, du corps à prendre une grossesse.

Les règles ne correspondent donc qu’à la face visible de l’iceberg que constitue le cycle menstruel. Les 14 jours d’attente du cerveau explique le calcul que l’on doit faire pour prédire le jour de l’ovulation.

La période féconde correspond à la durée de vie cumulée de l’esclave-spermatozoïde (4 jours avant ovulation) et de ma Miss capricieuse (les 2 jours).

Le cycle menstruel est donc, scientifiquement parlant, un ensemble de manifestations survenant dans le fonctionnement du corps de la femme et donc la manifestation la plus visible est l’apparition des règles. Son but essentiel est de préparer le corps de la femme à porter une grossesse.

Il dure entre 25 et 35 jours selon les femmes et cette variation dépend de la 1ère moitié du cycle car, la 2ème, moitié est fixe : 14 jours.

Le cycle menstruel se met en place à la puberté. La puberté survient chez la femme entre l’âge de 12 et 17 ans. S’il commence plus tôt, il s’agit d’une puberté précoce, s’il débute plus tard il s’agit d’une puberté tardive. Le cycle menstruel s’arrête à la ménopause, ménopause qui survient aussi entre 45 en 55 ans selon les femmes. Avant 45 ans, il s’agit de ménopause précoce, après 55 ans : ménopause tardive.

Une compréhension simplifiée du cycle menstruel permettra de comprendre aussi tout ou presque du fonctionnement et des dérèglements de l’appareil génital féminin.

Le cycle menstruel est donc une sorte de réplique, à l’échelle moléculaire et physiologique, de ce qui se passe dans la vraie vie dans le corps du berceau de la vie qu’est le corps de la femme.

Les règles dans tout ses états: (1ère partie) règles trop longues ou trop courtes

Il y'a un préalable a savoir:

  1. La durée du cycle normal est de 25 à 35 jours.
  2. La durée normale des règles est de 4 a 7 jours. 
  3. Il ne faut pas confondre durée du cycle et durée des règles. 
  4. Il existe des saignements qui ne sont pas des règles.

Des règles trop longues (+ de 7 jours) ont de multiples causes. Les principales sont: 
les fibromes, surtout ceux irritant la muqueuse utérine comme les myomes sous-muqueux.

  • la prise irrégulière de contraceptifs hormonaux.
  • les effets secondaires de certains contraceptifs comme la piqure ou l'implant,
  • le stress, le début de la puberté ou l'approche de la ménopause etc

Il existe d'autres causes.

Les règles trop courtes peuvent aussi être dues:

  • à l'anémie,
  • à l'insuffisance ovarienne (sécrétion insuffisante d'hormones ovariennes),
  • à la prise de certains contraceptifs hormonaux,
  • à l'approche de la ménopause.

Ici aussi la liste n'est pas exhaustive.

Les saignements en dehors des règles ont aussi des causes multiples comme les fibromes, les rapports sexuels traumatisants, les contraceptifs hormonaux, les stérilets, les infections vaginales ou du col de l'utérus.

Pour avoir un diagnostic, il faut un bon examen gynécologique, associé régulièrement à une échographie, un frottis cervico-vaginal et/ou un bilan sanguin.

Le traitement dépendra de la cause.

Dans la seconde partie, nous aborderons les cycles trop longs ( plus de 35 jours et trop courts ( moins de 25 jours).

Les règles dans tous ses états : cycles trop longs ou trop courts

On va encore rappeler le préambule : 

  • Il faut différencier la durée des règles et la durée du cycle menstruel.
  • La durée normale du cycle est de 25 à 35 jours.
  • La durée normale des règles est de 4 à 7 jours.
  • Il existe des saignements qui ne sont pas des règles.

Il arrive que le cycle soit particulièrement long ou particulièrement court.

Mais cette irrégularité du cycle peut survenir lors des 1ères années de la puberté ou à la veille de la ménopause. Dans ces cas, cela est normal.

1. Cycle trop court 
C’est un cycle de moins de 25 jours. Habituellement, ce n’est pas grave mais si les règles reviennent au bout de moins de 20 jours, il est important de rechercher si ce sont véritablement des règles ou si c’est des saignements indépendants des règles et dus à d’autres pathologies comme des fibromes.

L’inconvénient majeur des cycles courts c’est que la période féconde peut être dans la période des règles. Exemple :

Imaginons une patiente qui a un cycle régulier de 21 jours et qui voit ses règles pendant 7 jours. Cette patiente ovulera le 7ème jour (21-14=7) et donc à son jour d’ovulation, elle sera en période de règle. De ce fait, la femme n’aura pas de rapport durant cette période et cela risquerait de retarder la survenue d’une grossesse.

Donner un traitement pour allonger le cycle sans impacter la fertilité est quasi impossible et donc, dans ces cas, on donnera plutôt des médicaments pour diminuer la durée des règles et faire « sortir la date de l’ovulation de la période des règles.

2. Cycle trop long
C’est une pathologie plus courante. On retrouve parfois des femmes qui restent jusqu’à 3 ou 6 mois sans voir leurs règles.

Cela peut être assez traumatisant ou inquiétant chez certaines. D’autres, qui par exemple, ont des règles douloureuses, ne s’en 
plaindront pas car cela constitue, pour elles, un soulagement.

Plusieurs pathologies peuvent donner un cycle trop long.

  • Le stress : c’est le meilleur perturbateur du cycle menstruel. Il donne aussi bien des cycles trop longs que des cycles trop courts. Il est très fréquent de voir une jeune fille qui a peur de tomber enceinte car elle a eu, peut-être, des rapports sexuels non protégés. Résultats, les règles ne viennent pas !!! et plus le cycle est long, plus elle est persuadée d’être enceinte et plus elle a peur d’être enceinte, plus ce stress bloque les règles. On se retrouve ainsi dans un cercle vicieux à casser. Dès qu’elle a la preuve de ne pas être enceinte, ….les règles arrivent miraculeusement.
  • Certains contraceptifs comme la piqure peuvent donner un semblant de cycle long mais, c’est juste une absence des règles qui est un effet secondaire de cette contraception.
  • La dystrophie ovarienne : cette pathologie est la plus grande responsable de cycles longs. Il s’agit d’une pathologie dont la cause n’est pas connue. Il en existe 2 types et on sait cependant qu’elle est très fréquente chez les femmes stressées.

Il existe aussi une dystrophie familiale très fréquente et qui se manifeste biologiquement par un taux de testostérone élevé.

La testostérone est une hormone que l’on retrouve en grande quantité chez les hommes et qui est responsable de la sexualité un peu (la libido) !

On en retrouve en petite quantité chez les femmes. On retrouve fréquemment chez certaines femmes qui ont une dystrophie ovarienne des taux anormalement élevés de cette testostérone.

Ces taux élevés sont aussi responsables de l’apparition de poils autour du menton ou de la moustache ou des poils pubiens qui remontent vers l’ombilic au lieu d’être en triangle. Dans les cas extrêmes, la femme est très poilue de pratiquement partout !

On appelle cela hirsutisme. Cela entre dans le cadre du syndrome polykystique.

Si ce taux de testostérone est associé à un diabète ou taux de sucre trop élevé, cela rend le traitement plus difficile.

Le traitement dépend du désir ou non de grossesse et consiste en une mise au repos des ovaires. Il est parfois long et se fait par cures de 3 mois.

 

Retour