C est quoi la meningite
Santé
LA MENINGITE
par Yaay Néné

Rubrique : devenir yaay

La méningite est une inflammation des méninges : les enveloppes de la moelle épinière et du cerveau dans lesquelles circule le liquide céphalorachidien.

Dans la plupart des cas, la méningite est due à un virus (méningite virale) mais elle peut aussi être due à une bactérie (méningite bactérienne). La méningite bactérienne est habituellement beaucoup plus grave que la méningite virale et nécessite des soins en urgence extrême.

Dans de très rares cas, la maladie peut être due à certains types de cancers, une maladie inflammatoire comme le lupus, une infection provenant d’un champignon ou une réaction allergique à un médicament.

La méningite d’origine virale ressemble, au début, à une grippe et entraîne rarement des complications. Généralement, les symptômes de rhume apparaissent puis, s’y associent des signes de méningite. Ces signes disparaissent d'eux-mêmes au bout de 2 semaines. Mais comme au début, on ne sait pas si la méningite est bénigne (due à un virus) ou peut-être grave (due à une bactérie), on hospitalise l’enfant un temps.

La méningite virale touche plus communément les enfants et les jeunes adultes. Comme pour la plupart des maladies virales, cette méningite ne peut pas être soignée avec des antibiotiques.

La méningite d’origine bactérienne est plus grave. Elle peut évoluer extrêmement rapidement, entraîner des complications graves (surdité, atteinte du cerveau, épilepsie, déficience mentale, troubles de l’attention ou de l’apprentissage) et parfois mener à la mort (5% des cas) si elle n'est pas détectée et soignée à temps. C’est une urgence. Elle touche surtout les enfants, les adolescents et les jeunes adultes.

Il existe plusieurs types de méningites bactériennes, selon la bactérie en cause:

- Méningite à pneumocoques (Streptococcus pneumoniae). La protection immunitaire naturelle contre le pneumocoque est acquise seulement vers l’âge de 5 ans. La susceptibilité aux infections de ce type est maximale avant l’âge de 2 ans. Il existe également des méningites à streptococcus pyogenes ou Streptococcus agalactiae.

- Méningite à Hib (Haemophilus influenzae de type B). Avant les années 1990, c’était la principale forme de méningite bactérienne chez les enfants de moins de 5 ans. L'usage répandu du vaccin Hib a considérablement réduit sa portée. L'H. influenzae est aussi une cause fréquente d’otites, de sinusites et de bronchites. Cependant, notez que le vaccin Hib ne protège pas contre ces autres affections, rarement causées par la souche « de type B » de ce virus;

- Méningite à méningocoques (Neisseria meningitidis). Cette bactérie est la seule qui entraîne des épidémies de méningite. On sait qu'elle est présente dans l'arrière-gorge ou le nez de 10 % à 25 % de la population, selon l'Organisation Mondiale de la Santé, sans provoquer de maladie. Dans de rares cas, elle submerge les défenses naturelles de l'organisme et entraîne une méningite;
Une forme plus grave de l’infection survient si les bactéries atteignent la circulation sanguine et les organes; on parle alors de méningococcémie. On connaît 13 souches de Neisseria m. Les souches A, B et C sont le plus souvent en cause dans les épidémies. Les souches de type B et C prédominent à l'heure actuelle en Amérique et en Europe, tandis que la souche de type A prédomine en Afrique et en Asie

- Méningite à listeria (Listeria monocytogenes). L'infection au Listeria monocytogenes, ou listériose, est généralement bénigne chez un adulte mais peut être transmise aux bébés et aux jeunes enfants, chez qui elle peut entraîner une méningite. Les femmes enceintes y sont particulièrement vulnérables (20 fois plus que l'ensemble de la population) et peuvent transmettre l'infection à l’enfant à naître. Cette bactérie se trouvant dans l'eau et le sol peut contaminer les végétaux et les animaux et s’introduire dans la chaîne alimentaire.

La méningite bactérienne peut se transmettre par un contact étroit et prolongé avec une personne infectée. La majorité des personnes exposées à la bactérie ne contractent pas l’infection. De plus, chez la plupart de celles qui la contractent, la méningite ne se développe pas. La bactérie est véhiculée par la salive et les sécrétions provenant du nez et de la gorge. On peut la contracter en respirant des particules de salive présentes dans l’air lorsque la personne a toussé, éternué ou s’est mouché , la bactérie se transmet aussi par la salive présente lors des baisers sur la bouche, en partageant des ustensiles, des verres, des bouteilles d'eau, des cigarettes, du rouge à lèvres, etc.

Les infections à méningocoques sont une urgence médicale, elles exigent un diagnostic précoce, l’hospitalisation et un traitement par antibiotiques immédiat. Plus le traitement tarde, plus le risque de séquelles neurologiques ou de décès s’accroît. La baisse d’audition, les problèmes de vision (pouvant aller jusqu’à la cécité), les difficultés d’élocution, les troubles d’apprentissage,  l’épilepsie font partie des séquelles possibles. L’infection peut même provoquer des paralysies ou une gangrène des mains ou des pieds pouvant requérir des amputations. Des études indiquent que de 15 % à 20 % des nourrissons et des enfants en bas âge qui survivent à la méningite bactérienne en gardent des séquelles neurologiques permanentes.
Lorsqu’une infection bactérienne touche le système nerveux central, elle peut causer la mort en quelques jours et même, parfois, en quelques heures. La méningococcie est mortelle entre 5 et 15 % des cas.

La vaccination reste le meilleur moyen de prévention même si tous les types de méningite bactérienne ne peuvent être prévenus par la vaccination.

Retour